Les meilleures photos de Negba sur Flickr Negba sur twitter Negba sur Facebook Les videos de Negba sur Youtube Contactez nous Web site in english אתר בעברית

30/11/2017 - Formation sur les dangers de l'exclusion sociale et de la cyber-agression au programme des " Bogrim " de Negba


Le harcèlement peut revêtir différentes formes. Tel était le message transmis aux jeunes du programme "Bogrim" de Negba pour les pré-adolescents de Jérusalem, lors d'un récent séminaire sur la violence. Le harcèlement est souvent associé au préjudice physique, mais il peut aussi être verbal, ou écrit, comme c'est le cas notamment sur les réseaux sociaux. Parfois, il n'a l'air de rien, comme, par exemple, lorsqu'un groupe d'enfants décide d'ignorer complètement l'un d'entre eux.

"Quand je suis arrivée dans une nouvelle école en 5ème, je ne connaissais aucun enfant. Personne ne m'a parlé pendant des semaines », se souvient Moriah, 13 ans, membre du programme " Bogrim " de Negba. "Je n'ai jamais été incluse dans quoi que ce soit ni invitée où que ce soit. C'était terrible."

Beaucoup de jeunes ne sont tout simplement pas conscients que leur comportement " normal " puisse être nuisible. " J'ai vu que certains enfants du programme se parlaient agressivement ", a déclaré Sharon Shalom, coordonnatrice du programme " Bogrim " des élèves de 5ème. " Ils prenaient des choses avec légèreté, et écrivaient des choses dans notre groupe What'sApp en pensant que c'était juste des blagues. Mais ce n'était pas le cas. Le sujet du harcèlement se devait vraiment d’être traité rapidement. "

Pour ce faire, elle et son collègue Lavi Oren, coordinateur du groupe " Bogrim " des jeunes de 4ème, ont décidé d'organiser un séminaire sur la violence. Le débat a été amorcé par la projection d'un film, Kids without Mercy, 'Enfants sans pitié' produit par des adolescents israéliens, basé sur l'histoire vraie d'un jeune qui s'est suicidé à la suite d'une exclusion sociale et d'une " cyber-agression ". Au début, les adolescents de Negba n'étaient pas convaincus qu'un tel scénario puisse vraiment se produire. Mais ensuite, ils ont regardé un extrait d'une chaîne d'information israélienne rapportant l'incident réel, extrait qui les a laissés en état de choc. Cela a déclenché une discussion sur leur conduite et les a sensibilisés aux conséquences que peut engendrer un comportement violent ou l'exclusion sociale d'un enfant.

" Aujourd'hui, quelque chose m'est arrivé à l'école. Un groupe d'enfants s'est ligué contre moi ", a déclaré Moriah. " Le harcèlement existe dans notre vie quotidienne, et nous devons être capables de le reconnaître et de le stopper avant qu'il ne soit trop tard."


<< news précédente

Télécharger nos
newsletters


Pour recevoir nos newsletters
saisissez votre adresse e-mail ici :



Pour recevoir nos newsletters
saisissez votre adresse e-mail ici :